Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Nous contacter

Section Daniel MAYER Canton de Mundolsheim
Fédération du Bas Rhin du Parti Socialiste
8 rue Saint-Ehrard - 67100 Strasbourg
Courriel : ps.mundolsheim@gmail.com

Recherche

Archives

28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 13:43

 

Le Front National n’est vraiment pas un problème !

 

Les dernières élections cantonales ont laissé perplexe les analystes. Le FN, qu’on croyait absorbé et dissous dans le paysage électoral depuis les présidentielles de 2007, est revenu sur la scène avec 15 points comptabilisés au niveau national lors du premier tour. Il va sans dire que ce chiffre n’est pas significatif car une majorité d’électeurs sont restés chez eux. Mais ce niveau du FN n’a rien d’inattendu au vu des récents sondages créditant Marine le Pen de plus de 20 points. Dans la foulée du premier tour, les prises de positions des hauts cadres de l’UMP ont été amplifiées par une caisse de résonance médiarchique si bien que des commentateurs y ont vu une amorce de scission au sein même de la formation majoritaire. Certain évoquant même une recomposition politique majeure. A croire que le ni ni inspire les neu neu du commentaire. Ce qui doit satisfaire les gens du FN, joyeux et volubiles dès qu’ils ont le sentiment d’avoir misé dans la cible et d’avoir mis le boxon dans la vie politique française. C’était d’ailleurs l’objectif de Jean-Marie le Pen qui affichait un bonheur non contenu, à l’instar d’un gamin foutant un coup de pied dans la fourmilière et s’amusant à voir ces petites bestioles affolées et courant dans tous les sens. « Cache ta joie » ne fut pas le mot d’ordre du FN lorsque les télés ont annoncé le Non gagnant au référendum sur le TCE. L’extrême droite n’était pas la seule à s’amuser. Chez les militants de la LCR et de FO, le rosé coulait à flot. C’est disons la règle du jeu pour les partis protestataires. N’ayant aucune perspective de parvenir au pouvoir, leur seul succès réside dans le trouble occasionné dans la vie politique. Néanmoins, rien ne dit que Marine le Pen soit dans une posture similaire et comme on cru le déceler quelques analystes, la présidente du FN dévoile quelque intention pour parvenir au pouvoir.

 

Mais 20 points, ou même 25, c’est un peu court, jeune dame, dirait l’empêcheur de penser en rond, non sans supputer avec un regard facétieux que la conjonction d’une normalisation du FN doublée d’une droitisation de l’UMP pourrait susciter une alliance dans les prochaines années. Mais dans le cas contraire, le FN aura suffisamment de voix pour perturber les élections, même dans le cas d’un scrutin majoritaire à deux tours. Pas les présidentielles certes, mais pour les législatives, le spectre de triangulaires favorables au PS plane et dans les états-majors de la droite, nul n’a oublié le jeu politicien de Mitterrand qui en 1988, gouverna avec une Assemblée de gauche grâce au trouble jeu du FN. Le déterminisme historique aurait tendance à décréter que des causes similaires engendrent des effets similaires. En 2012, une Assemblée de gauche semble très probable, même les partis de droite (FN inclus) sont majoritaires en voix. Cependant, rien ne dit que la suite se déroulera comme prévu car en 2017, après une gouvernance qu’on peut imaginer secouée par la conjoncture mondiale, le FN et la droite qui gouverne pourraient passer quelques alliances moyennant quelques concessions ad minima.


Pour l’instant, le FN perturbe la vie politique française, et s’il laisse certain supposer une peu probable scission de l’UMP, il montre une scission bien plus problématique, celle séparant la vie politique française de la société gouvernée. Désignée comme civile non sans un lapsus sémantique cocasse. Un civil est en général un Français qui n’est pas militaire. La vie politique serait-elle alors un théâtre d’opérations de combat entre partis, avec des tactiques, prises de position, lignes de démarcation, phrases assassines ? On serait tenté de le penser mais si la politique devait accentuer cette tendance, alors elle serait déviée de sa finalité qui est d’accompagner le pays dans sa transformation tout en assurant la gestion des affaires publiques à travers l’Etat. On comprend alors que le vote FN n’est pas un problème pour les Français, comme d’aucuns voudraient le faire croire, mais pour la classe politique. Pour la « société civile », le FN n’est ni un problème, ni une solution. Tout au plus un thermomètre sociologique indiquant les états d’âme, les tourments et autres crispations des gens. Toute cette agitation autour du FN montre bien que les médias privilégient la vie politicienne au détriment de la vie des gens. Ce qui n’est guère étonnant. Les journalistes et autres directeurs d’information évoluent dans un théâtre social au plus près des politiciens et donc sont incités à commenter les jeux conflictuels plutôt qu’à recenser les aspirations des citoyens et les difficultés à exister dans ce monde aux penchants chaotiques. Les médias mettent en avant le suspense des primaires socialistes, les saillies des Verts et de Mélenchon, la montée du FN, les scénarios pour 2012, mais parlent moins des Français qui peinent à vivre et des PME au bord de la faillite.

 

Bien malin serait celui qui prétendrait connaître l’évolution de la politique en cette période de crise et d’incertitude. Il y a fort à parier que deux éthiques vont être confrontées, celle de la responsabilité qui sied aux serviteurs de l’Etat et celle de la conviction qui parfois, s’égare dans des obsessions idéologiques. S’ajoute une troisième éthique qui n’en est pas une, sauf à admettre que l’intérêt personnel puisse valoir d’éthique dans le monde politique. En fait, le désir de parvenir ou rester au pouvoir joue une sorte de ruse cohésive, incitant les responsables politiques à gommer les différences et faire des concessions car l’appât du pouvoir l’emporte sur les convictions. Autant dire que ceux qui pensent à une scission de l’UMP sont allés un peu vite en besogne. Alors que dans l’autre camp, les Verts pourraient poser quelques problèmes sur la question du nucléaire.

 

Finalement, malgré les jeux politiciens conduisant les médias à se demander qui va gouverner, le véritable enjeu sera de savoir comment les dirigeants vont gouverner et avec quels programmes. Il fut un temps où la politique française était active, offensive, conquérante, innovante. Comme l’a bien expliqué Jean-Pierre Chevènement, la France a conduit de grands projets entre 1950 et 1980, puis est arrivé le temps des gestionnaires du passé, amenés à régner, régenter et faire fructifier un héritage sans trop le dilapider. Mitterrand et Chirac s’y sont attelés, jusqu’en 2007 ou arriva cette fausse rupture, signe d’un volontarisme rendu vain car pénétré de contradictions et enveloppé par une globalisation de la crise. Le monde avance vite. La politique peut alors être tentée par le repli. Au lieu d’être active, la politique sera alors réactive et rétroactive au sens cybernétique. La téléologie sera de mise. Les politiques risquent d’être mues par deux moteurs, le premier étant la technique et l’économie, le second étant l’idéologie du repli, de la bulle, de la protection. La politique sera mue par quelques impératifs techniques dont la réalisation suppose un effort de propagande. On nous prépare à l’électricité plus chère, à une augmentation d’une TVA présentée comme sociale, à la rigueur salariale au nom du pacte de compétitivité pour servir un euro alors qu’il devrait nous servir. La politique du repli joue sur une amplification obsessionnelle des petits tracas suscitant l’irritation ou la crainte. L’immigration et l’Islam sont pointés. Ou alors c’est le nucléaire, technologie plus sûre qu’on ne le prétend mais exigeant beaucoup de sérieux et de précautions. Les craintes écologistes risquent hélas d’orienter la politique vers des choix stupides et coûteux privant de moyens d’autres chantiers plus essentiels. Dernière obsession, cette fois dans le champ économique, le protectionnisme et la question de l’euro. Le FN et la gauche extrême sont une fois réunis pour un retour au franc qui de plus, se trouve légitimé par quelques pointures faisant l’opinion, de Alain Cotta à Emmanuel Todd. Les protectionnismes ont le plus souvent plongé les nations dans le déclin.

 

Un parallèle avec l’évolution politique en Israël permet d’y voir un peu plus clair. Ce pays singulier du Proche Orient a vu se déployer une épopée historique marquée par une vie politique bipolaire, avec une gauche incarnée par les Travaillistes et une droite représentée par le Likoud. Depuis deux décennies, suite aux deux Intifadas et aux actions terroristes, l’opposition politique a fait place au consensus autour d’une question devenue prioritaire, la défense et la sécurité d’Israël. On a assisté à une droitisation de la vie politique marquée par un nationalisme exacerbé. Le Likoud ne s’est plus retrouvé dans cette tendance si bien qu’une scission eut lieu avec la création en 2005, à l’initiative d’Ariel Sharon, d’un nouveau parti de droite modérée, Kadima, laissant les anciens du Likoud virer vers un nationalisme virulent. Depuis des années, les gouvernements de coalition se succèdent à la Knesset. Une seule priorité, la sécurité dans un contexte d’occupation de la Cisjordanie au détriment des populations palestiniennes alors que Gaza n’a rien d’un pays mais ressemble à un camp de réfugiés. La France évolue aussi vers une mise en avant de questions prioritaires pouvant aboutir à une coalition gouvernementale qui reste néanmoins assez improbable car le scrutin législatif n’est pas proportionnel mais majoritaire. On peut cependant voir se dessiner un léger glissement si bien que l’hypothèse d’une droite centriste symétrique de Kadima n’est pas une hypothèse farfelue. On voit bien François Bayrou, Hervé Morin, Jean-Louis Borloo et Dominique de Villepin se réunir dans un parti centriste et républicain qui en cas de crise du pays ou du monde, pourrait s’associer à un PS débarrassé de ses lubies gauchistes, tout en contribuant à éloigner la vie politique française de ses démons droitiers agités par Sarkozy, identité nationale, laïcité, islamoscepticisme. Kadima, précisons-le, signifie en avant. Ce détail a toute son importance car il semble acquis pour l’instant que la France ne puisse aller de l’avant. Bombarder la Libye ne sauvera pas la face d’un pays s’arc-boutant sur son passé et dirigé par des réseaux d’intérêts et de connivences faisant que la France ressemble à une Libye démocratique. Nulle tribu mais combien de réseaux népotiques et copinants ?

 

Pour conclure, une petite note métaphysique. La politique à venir ne sera pas inventive, créative, conquérante, mais rétroactive, au sens mécanique de ce terme. Autrement dit, une politique cybernétique qui rétroagit en fonction des circonstances, conjonctures et faits divers, qui ajuste quand il faut calmer les plaies. La cybernétique est selon Heidegger l’achèvement de la métaphysique occidentale mais aussi le mécanisme lié à la technique qui ruse au point de dominer la politique en l’abaissant vers une téléologie sans « humano-dicée ». L’Occident cybernétique est une machine technicienne lancée à toute allure. Le système technicien est opérationnellement clos. Le pays devient borné, figé dans des obsessions idéologiques sous-tendues par des lobbys économiques, techniques, politiciens ou même associatif. Ce monde s’affronte, se neutralise souvent, coûte cher parfois, œuvrant au service de l’inutile public au lieu de l’intérêt collectif.

 

Bernard Dugué sur Agora Vox

Repost 0
Published by Parti socialiste Mundolsheim - dans Elections cantonales
commenter cet article
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 07:25

La LEPENisation des esprits : une histoire de cul non-assumée

 

En Juin 2006, feu le magazine TOC, auquel j’aurais collaboré lors des mes premiers émois journalistique, avait publié une enquête sur une tendance qui commençait à pointer le bout du nez: la LEPENisation des esprits. Étaient mis au pilori des personnages comme Dieudonné, Jean-Marie Le Pen, Alain Soral, Alain Finkielkraut, Roger Cukierman, Nicolas Sarkozy, Georges Frêche, la LDJ, la Tribu K, le Bloc Identitaire, et bien d’autres. Leurs idées, après 30 ans de graines semées par Papa Le Pen, font aujourd’hui légion. Épitaphe de la France par une partouze UMP-FN.



 

Au lendemain du 1er tour des élections cantonales, à plus d’un an des élections présidentielles, et devant des sondages qui disent une certaine opinion des Français au moment où vous lisez ces lignes, on ne peut que constater que certains de ces personnages et groupes politiques, dont certains étaient encore presque inconnus du grand public, démontrent aujourd’hui qu’ils sont devenus des acteurs majeurs vers le possible basculement idéologique de notre pays.

C’était à prévoir, et l’on se demande parfois si ce n’était pas voulu: le poids de l’UMP dans les urnes s’érode depuis 2008. Nicolas Sarkozy, président à la dérive depuis 2007, au-delà d’être le fossoyeur de son parti, devrait recevoir le Prix du « membre » d’Honneur du Front National: à force de stimuler les Français lors de préliminaires interminables, les Français finiront par coucher avec Marine Le Pen. Le bébé est prévu pour 2012. Et à moins d’avorter rapidement, certains Français, devant sa monstruosité, risquent de ne pas reconnaitre officiellement leur progéniture.

Car la LEPENisation a fait son chemin: les actifs à l’UMP seront ceux qui auront semé les gênes du rejet et de la stigmatisation. Mal fagoté face au FN en croyant s’autoattribuer certaines idées historiquement FN qui les mèneraient vers l’orgasme populaire, Jean-Francois Copé et ses fornicateurs esseulé se retrouvent à poil. Le parti de Marine Le Pen est juste derrière celui du président. Prière de ne pas laisser tomber la savonnette avec cette douche froide.

Mais visiblement, Jean-Francois Copé, tel un fougueux et impatient amant dans un mauvais « Jules & Jim», a choisi le partisanisme plutôt que la République. La Lune de Miel non assumée, avec l’invitation à la couche d’Eric Zemmour, de ministres à l’histoire plus que douteuses, avec une stigmatisation digne des pires heures françaises, vient de tourner en une partouze endiablée où personne ne met plus de capotes. L’orgie, stimulant tel un viagra les plus « défaillants » en manque d’imagination comme Eric Ciotti, Christian Vanneste, Brice Hortefeux ou Lionel Luca, tourne vite à un gros niquage en règle de la France. La pauvre finie dans un gang-bang où plus personne ne contrôle plus rien. Si le mot « choux-fleur » vous évoque quelque chose, je ne m’attarderais donc pas longtemps dans la description d’une certaine Marianne.

Juste pour vous dire que tout le monde avait remarqué que l’on rodait autour d’elle. Le racisme n’est plus un délit: c’est devenu une tendance politique. Et le père biologique siège à l’Élysée.

 

Monsieur Jo sur son blog

Repost 0
Published by Parti socialiste Mundolsheim - dans Elections cantonales
commenter cet article
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 15:36

 

urne.jpg

 

 

Le Front national progresse,titre la presse régionale. C’est sans doute vrai au regard des chiffres, cela reste à démontrer au vu d’une analyse diachronique prenant en compte l’ensemble des paramètres électoraux.

 

Dans le canton de Mundolsheim, le FN apparaît comme le grand bénéficiaire de ce 20 mars 2011. Le moins que l’on puisse dire est que ce constat est à prendre avec des pincettes.

Avec 23,53% le candidat du FN se place en 2ème position derrière le candidat

UMP sortant (42%), une position en trompe l’œil qui n’efface pas les chiffres de 2004 où les 2 candidats de l’extrême droite totalisaient à quelques décimales près le même pourcentage (voir les tableaux ci-dessous).

En y regardant de plus près on s’aperçoit que le FN est celui, qui d’une élection à l’autre  aura perdu le plus de voix (1380) devant l’UMP (1150) et les candidats se réclamant de la gauche en 2004 (790), ce qui rapporté en pourcentage nous donne : -31% pour l’extrême droite, -17% pour la droite et -15% pour la gauche.

Considérée sous cet angle, la comparaison n’est pourtant pas plus parlante que ne l’est celle, médiatisée des chiffres bruts de ce 1er tour de mars 2011.

 

2004 un espoir pour les électeurs de gauche

 

En 2004 le candidat PS/Verts apparaissait comme une candidature bien repérable sur l’échiquier politique. Le Parti socialiste et celui de Verts allant ensemble à la bataille faisaient le plein des voix de la gauche et de l’extrême gauche auxquelles étaient venus s’ajouter une partie des voix de l’UDF au 2ème tour.

Divisée, avec un total de voix supérieur à celui de la gauche, l’extrême droite

disparaissait au second tour, faisant oublier son bon score de 1998 où elle s’était maintenue avec près de 35%  des voix.

 

2011, le pot au noir ?

 

Le 27 mars prochain, verra une situation totalement inversée. L’extrême droite ayant retenu la leçon n’a présenté qu’un seul candidat. PS et EELV  ont préféré partir seuls à la bataille an nom de  considérations connues de tous mais qu’il serait  utile (pour ne pas dire nécessaire) de creuser pour aller au cœur de ce sujet sensible.

En terme de voix recueillies de part et d’autre, la stratégie peut apparaître gagnante : 26,48%  au 1er tour pour la gauche en 2004, 34,10% au soir du 20 mars 2011 pour le PS et EELV. Politiquement, le résultat est désastreux si l’on s’attache à une volonté constante de la  gauche qui est celle de gouvernement.

 

Dans un autre registre, rien n’est plus hasardeux que de vouloir trouver dans les 1751 voix du PS et les 2698 voix de EELV une situation semblable à celle du 1er tour de mars 2004.

A cette époque l’extrême gauche ne présentait pas de candidats, et EELV ne doit pas s’apparenter aux Verts de 2004, ne serait-ce que parce que son candidat, venant de la mouvance waechterrienne a su attirer à lui bon nombre d’électeurs centristes, ceux là même qui au 2ème tour de 2004 avaient voté PS/Verts.

 

Qu’on se le dise, aujourd’hui le total des voix PS/EELV de ce premier tour ne représente pas le total des voix de gauche dans ce canton. De plus on est en droit de s’interroger sur une écologie qui aujourd’hui fait recette : s’agit-il d’une écologie de gauche plaçant l’homme au cœur de ses actions, où celle plus sinueuse d’une écologie privilégiant le seul environnement ?

 

2011 et au delà

 

Une extrême droite rassemblée, une droite poreuse et sensible aux arguments sécuritaires et identitaires, une gauche absente du débat et un centre qui ne sait plus à quel saint se vouer. Tel sera l’arrière fond de ce 2ème tour des cantonales sur Mundolsheim.

Tous les ingrédients sont donc en place pour renouveler un résultat confortant le conservatisme et la crispation devant des phénomènes sociétaux qui touchent au changement. Phénomènes auxquels s’ajoute dans ce canton sururbain, ce trou noir que constitue la rurbanité, un néologisme de circonstance dont la contradiction dans ses emprunts illustre bien le désarroi des politiques dans les réponses qu’ils sont sommés de donner.

 

Il faudra encore bien des années avant que ces questions puissent se formuler de façon claire et précise dans la conscience des électeurs et aussi, faut-il l’ajouter, dans celle de nos experts et hommes politiques responsables.

Pour l’heure il faudra se contenter durant cette fin de campagne, des sempiternels discours plaqués d’une extrême droite avançant masquée, mais aussi des

programmes à l’emporte pièce, (quand ils existent !) d’une droite sans imagination,

où le court terme électoral l’emporte toujours sur des considérations de fond.

Tristes topiques !

 

Francis Alexis HAMMER

Repost 0
Published by Parti socialiste Mundolsheim - dans Elections cantonales
commenter cet article
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 17:51
Repost 0
Published by Parti socialiste Mundolsheim - dans Elections cantonales
commenter cet article
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 08:24

tract_HAMMER_V3.jpg-16-03-2011.jpg

Repost 0
Published by Parti socialiste Mundolsheim - dans Elections cantonales
commenter cet article
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 16:22

 

isoloir PHOTO

Les 20 et 27 mars 2011, les électeurs de 2.023 cantons, dont 1.941 en métropole, sont appelés aux urnes pour élire leur représentant(e) au conseil général pour trois ans. Trois ans, et non six ans comme de coutume, puisqu'en 2014, conseillers généraux et régionaux seront remplacés par les conseillers territoriaux.

Mais l'abstention menace. En effet, pour la première fois depuis 1994, ces élections, qui ne concernent chaque fois que la moitié des cantons, ne sont couplées ni avec les municipales ni avec les régionales. Facteur aggravant, le raccourcissement du mandat, d'autant plus qu'il est probable que nombre de sortants se présentent pour "trois ans de plus". Ajoutons que la droite au pouvoir, qui ne s'attend pas à un très bon score, minimise l'enjeu de ce rendez-vous électoral.

Pourtant, ces cantonales sont importantes.
- Elles constituent le dernier grand "sondage grandeur nature" avant la présidentielle et les législatives en 2012.
- Les élus rejoindront le collège des grands électeurs qui renouvellera le Sénat en septembre prochain. C'est un fait, même si leur part est relativement modeste dans cet ensemble.
- Enfin, il est fort probable que les conseillers territoriaux de 2014 se "cachent" dans les conseils généraux de 2011. A cet égard, les cantonales représentent un vrai enjeu pour un certain nombre de ténors politiques.

Ce dossier présente l'actualité de la campagne, et les caractéristiques et enjeux du prochain mandat 2011-2014.

La rédaction
Illustration : ©www.articque.com, site de cartographie statistique

Ne manquez pas les faits marquants de ces élections, retracés ici au fil des jours jusqu'à la fin du mois de mars.

Cantonales 2011 - L'essentiel de l'actualité

Article de dossier - mars 2011

Faites le point sur les enjeux locaux des cantonales, dans chaque région, avant le scrutin de dimanche prochain, 20 mars.

Cantonales 2011 - Zoom sur les forces politiques en présence

Article de dossier - mars 2011

L'ombre du conseiller territorial - fort controversé - qui remplacera conseillers généraux et régionaux en 2014 s'étend sur la campagne des cantonales. Mais qui sera-t-il (elle) ? Quel type d'interlocuteur sera-t-il pour les maires ?

Cantonales 2011 - 2014 : le conseiller territorial, qui sera-t-il (elle) ?

Dossiers "L'essentiel sur..." - mars 2011

Au-delà des enjeux de développement local, la situation financière tendue des conseils généraux conditionnera fortement leur feuille de route 2011-2014.

Cantonales 2011 - La feuille de route des conseils généraux jusqu'en 2014

Dossiers "L'essentiel sur..." - mars 2011

Un rappel des particularités de ce scrutin, le dernier du genre, avec les nouveautés introduites par la réforme des collectivités territoriales. Egalement dans ce chapitre, la liste des 2.023 cantons, par départements, avec la composition des conseils généraux sortants.

Cantonales 2011 - Caractéristiques du scrutin

Article de dossier - mars 2011

Au sommaire : informations pratiques, références juridiques indispensables avec notamment deux circulaires du ministre de l'Intérieur (2010 et 2007), ainsi qu'une analyse juridique de la communication préélectorale.

Cantonales 2011 - Organisation matérielle

Article de dossier - mars 2011

Les documents et autres ressources utiles, voire indispensables, pour comprendre et approfondir les tenants et aboutissants du scrutin des 20 et 27 mars.

Cantonales 2011 - Pour en savoir plus

Article de dossier - mars 2011


Sur Le courrier des maires.fr

 

Repost 0
Published by Parti socialiste Mundolsheim - dans Elections cantonales
commenter cet article
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 10:56
Les résultats sont tombés dimanche soir. C'est finalement Marie Paule LEHMANN qui a été élu avec 65,37% des votants contre 34,63% à son adversaire du jour, Georges PFISTER, maire de Hochfelden et candidat adoubé par l'UMP.
Peu de choses à dire sur les résultats en eux mêmes, si ce n'est pour noter une légère augmentation des votants qui aura surtout profité à la candidate sans étiquette.
Les électeurs n'auront pas pour autant sanctionné un parti qui s'est obstiné à soutenir contre vents et marées, un homme, partie prenante du schmilblick inauguré par Bernard INGWILLER, l'homme par qui le scandale arrive.Car l'UMP ne sort pas perdante dans cette pantalonade, si l'on considère que Marie Paule LEHMANN n'a jamais caché son appartenance à l'UMP, sachant également que ses électeurs en étant instruits de ses convictions ont malgré tout voté pour elle.
Dans cette histoire, les électeurs auront sanctionné le pot au lait (le pot aux roses) mais pas Perinne (l'UMP). Sans doute, pensaient ils n'avoir d'autres choix possibles dans ce canton très droitier, au vu notamment de ce que la majorité d'entre eux conçoit du PS et de ses tribulations dans la presse people.
La gauche est donc la grande perdante de cette élection, elle qui perd le tiers de ses voix par rapport à l'élection de 2008, en totalisant à peine 17% des votants et 6,8% des inscrits !
Pour autant, nous souhaitons bonne chance aux  trois candidats de gauche qui se sont investis dans cette bataille. Gageons qu'ils sauront rebondir judicieusement lors du prochain scrutin de liste des élections régionales en mars 2010.
Repost 0
Published by PS Mundolsheim - dans Elections cantonales
commenter cet article
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 20:50
Au soir du 8 novembre 2009, les résultats sont tombés sans surprise.
  • Marie-Paule LEHMANN adhérente à l'UMP et candidate sans étiquette 44,85%
  • Georges PFISTER candidat UMP 33,78%
  • Robert MARTIG candidat FN 3,41%
  • Marie-Madeleine BRAUD candidate Europe Ecologie 8,18%
  • Emmanuel RECHT candidat PS 7,82 %
  • Hervé THEROUSE candidat NPA 1,96%
Le 2ème tour mettra aux prises Marie-Paule LEHMANN et Georges PFISTER. La gauche en étant absente, la participation du 1er tour, déjà très faible (40,05%) risque d'atteindre des abîmes le 15 novembre.
"S'isch immer e so gewann, un es wurt noch immer er so sinn". Traduction : Cela a toujours été comme cela, et cela sera toujours ainsi.
Gageons que  l'avenir fera mentir ce commentaire désabusé d'un vieux militant socialiste.
Dans l'immédiat et pour donner un peu de nerf à une élection jusqu'ici bien atone, on espère que les deux candidats restant en lice nous gratifieront de propositions un peu moins insipides que celles qu'ils ont tirées du sac au 1er tour.

Au vu des résultats du jour, la décision d'Europe Ecologie (les Verts ?) d'aller seule au premier tour, n'était sans doute pas le meilleur moyen de faire progresser la gauche dans son ensemble, elle qui dans cette aventure perd près de 8 points par rapport  à son score de la cantonale de 2008, une élection pourtant beaucoup moins à sa portée que celle que nous venons de vivre !
Repost 0
Published by PS Mundolsheim - dans Elections cantonales
commenter cet article