Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous contacter

Section Daniel MAYER Canton de Mundolsheim
Fédération du Bas Rhin du Parti Socialiste
8 rue Saint-Ehrard - 67100 Strasbourg
Courriel : ps.mundolsheim@gmail.com

Recherche

Archives

3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 13:07

 

fillon-falcon-copie-1.jpg

 

 

Et si François Fillon évitait de prendre un Falcon 7X pour faire 230 km tous les week-ends ? C'est le magazine Capital du mois de décembre 2011 qui ressort l'information. Accrochez-vous : "chaque week-end du Premier ministre dans son château de Solesmes (Sarthe) revient à 30 000 euros". Comment expliquer un tel coût dans un contexte d'austérité ? Selon le magazine, François Fillon utilise un Falcon 7X pour parcourir les 230 kilomètres qui séparent Matignon et son domicile dans la Sarthe.

Or, sachant qu'une heure de vol à bord d'un Falcon revient à environ 7800 euros et qu'un cortège de voitures officielles attend le Premier ministre à sa descente, "les retours au bercail du chef du gouvernement coûtent 1,3 million d'euros par an... alors qu'il irait plus vite en prenant le train", dénonce Capital.

Ce n'est pas la première fois que François Fillon est épinglé par la presse pour ses déplacements à caractère privé sur fonds publics :


 octobre 2008, au cours d'un de ses week-ends dans la Sarthe, le Falcon de Fillon avait évité de justesse la collision avec un avion de tourisme. Toute la presse avait décrit en détail la manœuvre d'urgence effectuée par le pilote, mais personne, à l'exception du Canard Enchaîné, ne s'était interrogée sur les conditions de ce voyage. Car c'était précisément un week-end privé. Or, Fillon aurait très bien pu prendre le train : un TGV partait d'Angers à 18h19 et lui permettait d'arriver Gare Montparnasse à 19h15, relevait Le Canard à l'époque. Soit un coût ne dépassant pas les 69,70 euros par personne en première classe. Pour tenter de justifier la prise en charge par l'Etat de ce déplacement à caractère privé, le service de communication avait expliqué à Libération qu'il n'avait pas pris le TGV pour éviter aux passagers de la SNCF de fastidieuses opérations de déminage des wagons. Sans rires.


mai 2009, Fillon était parti en week-end à Marrakech avec un Falcon 50 de la République. Au Canard enchaîné, ses conseillers avaient justifié l'utilisation de cet avion en expliquant qu'en tant que premier ministre, il pouvait être susceptible de rentrer en France à tout moment. Pour clore la polémique, Matignon avait précisé que Fillon et ses proches allaient rembourser leur billet au tarif d'un vol commercial. Sauf qu'"au regard du tarif de l'heure de vol en Falcon 50 ou de son immobilisation sur un aéroport, l'Etec[l'escadron gouvernemental] facture l'heure 2601 euros. Soit, pour un week-end de trois jours : 182 272 euros". On n'a jamais su si Fillon avait remboursé l'intégralité de la somme.


décembre 2010, François Fillon a passé le réveillon en Egypte... à l'invitation de Moubarak (qui a quitté le pouvoir depuis). Mais il avait effectué le voyage à bord d'un Falcon 900 dont l'heure de vol est facturée 9 400 euros. Comme en mai 2009, Matignon avait indiqué que le Premier ministre avait remboursé son billet au tarif d'un vol commercial... en oubliant de préciser que l'Etat avait pris en charge "le prix du stationnement sur le tarmac d'Assouan, plus l'entretien et le séjour de tout l'équipage. Car l'avion est resté immobilisé pendant dix jours, et tout ce petit monde, remarqué par d'autres visiteurs pour sa bonne humeur, était logé non loin de la famille Fillon, à l'hôtel cinq étoiles Pyramisa", indiquait Le Canard enchaîné.


 Sources


Etienne Gingembre, "Sommet de l'Etat, 254 millions d'euros d'économies possibles",

Capital n°243, décembre 2011, page 65


- Brigitte Rossigneux, "Fillon en goguette dans le jet de Moubarak",

Le Canard enchaîné n°4711, 9 février 2011, page 3


- Fillon part en week-end avec la République",

Le Canard Enchaîné n°4624, 10 juin 2000

 

Sur Politique.net

Partager cet article

Repost 0
Published by Parti socialiste Mundolsheim - dans Les Brèves
commenter cet article

commentaires